Comment utiliser ce blog?

Cliquez à droite sur le thème qui vous intéresse (enrichis au fur et à mesure, mais qui abordera notamment les thèmes de la guerre, la manipulation des masses, les religions, l'économie mondiale, la politique, l'actualité etc.).
Sinon, vous pouvez aussi lire chronologiquement les messages de ce blog.
Vous êtes autorisés à recopier les articles de ce site à condition de le faire en intégralité, de nommer l'auteur, et de mettre un lien vers ce blog.

Bienvenue sur le site de Cismigiu

vendredi 25 janvier 2008

Comment la Société Générale prend ses actionnaires pour des pigeons!


Je réagis à cet excellent article de A2N, dont je suis un lecteur régulier. J'en profite pour rebondir dessus, car il a dit une bonne partie des choses que je pensais et que beaucoup d'observateurs attentifs pensent sur les marchés.


Je souhaiterais ajouter à son point de vue ma part d'analyse, sur le scénario réel probable derrière ces évènnements et cette perte énorme de 7 milliards d'euros annoncée hier.


La plus grosse arnaque de l'histoire bancaire


Tout d'abord, il faut comprendre que cette perte est gigantesque: plusieurs fois celles du Crédit Lyonnais dans les années 90 qui avait jeté la honte sur cette banque, et qui avait même mené à des interrogations au sujet de l'éventualité de mettre cette banque en faillite. Finalement c'est le contribuable français qui a payé la note (y compris les centaines de millions d'euros d'amendes réclamés par l'autorité des marchés US plusieurs années après que le volet français de l'affaire ait été clôt).


C'est aussi 5 à 7 fois plus de pertes que les pertes de la banque Baring's, soit disant coulée par Nick Leeson, le trader fou de Singapour.


Il faut savoir que depuis l'affaire Leeson, les banques ont renforcé leurs moyens de contrôle sur l'activité des traders.


Il est extrèmement difficile à un trader de tenir des positions aussi risquées sans que le système n'en soit informé.


J'ajouterais au sujet de la Baring's, que les malversations de Leeson étaient en fait un prétexte, car il est apparu à la fin de cette affaire que 2 milliards de dollars se furent évaporés sans qu'on ait connaissance de comment et où, cette masse de dollars ayant apparemment échappé à Leeson. Quand on sait que Leeson a trompé les plus grands cadres de sa banque en employant une paire de ciseau, de la colle et une photocopieuse pour falsifier des documents et des signatures, on ne peut s'empêcher de penser que ses positions étaient en fait connues, et que certains hauts gradés de sa banque en ont profité pour magouiller en faisant croire que tout était de la faute de Leeson. Leeson comme dans le cas du trader de la SG, Krievel, n'avait pas pris ces positions spéculatives hyper risquées pour s'enrichir, mais parcequ'ils auraient été pris dans un engrenage du type joueur de casino: je perd, et je veux me refaire, donc je parie plus.


Un homme seul contre toute une banque?


Il y a énormément de ressemblances dans cette affaire de la SG, avec celle de la Baring's notamment au niveau des invraisemblances!


Déjà, le système de contrôle des opérations de bourse à la SG comme dans toutes les banques est extrèmement rigoureux: plusieurs équipes de controleurs et d'inspecteurs surveillent les opérations et se surveillent mutuellement, étant en concurrence et répondant chacune à une direction distincte. Ce qui fait que même l'hypothèse d'une complicité du trader avec les contrôleurs de gestion ne tient pas.


De plus, les opérations sur lesquelles intervenaient ce trader étaient des plus basiques. Le genre d'opérations simples, qu'on laisse à un trader débutant, ou moyen, comme il semble que c'est le cas de Krievel, d'après la communication de la SG.


Pour expliquer qu'un homme seul a pu vaincre les systèmes de contrôle, on nous explique que ce type était un génie de l'informatique.


Problème: comment un employé qui est muté depuis les opérations de contrôle vers le front office peut-il conserver ses accès au système informatique? Incompétence de la direction informatique? Absence de procédure? Incroyable quand on pense à tous les moyens mis pour assurer le contrôle et l'étanchéité entre les opérations de marché et le contrôle de ces mêmes opérations!


De plus, les systèmes informatiques bancaires sont complexes: il aurait fallu être plus qu'un petit génie de l'informatique pour les trafiquer, mais avoir une vraie formation d'informaticien, ce qui n'était pas le cas de ce trader.


Un type instable et fragile bombardé trader par une banque pourtant hyper-sélective?


Autre détail louche: la débauche de détails sur ce type, alors qu'habituellement les marchés sont extrèmement pudiques concernant les affaires de ce type. Il est vrai que ce gars n'est pas polytechnicien et semble être un trader de base! D'ailleurs on se demande comment il a fait pour devenir trader quand on sait comment le milieu est fermé et est réservé à tous les fils à papa sortis des meilleures écoles (si tu viens de la banlieue et que tu finis major de Polytechnique, tu peux oublier d'envoyer ta candidature: même pas en rêve!).


On nous affirme même que ce type était un individu fragile, qui connaissait des problèmes familieux et à la personalité torturée... Bref, un type qui se serait fait recaler dès le premier entretien d'embauche à la SG, surtout que le recrutement à la SG est de type quasi faciste: les candidats sont pratiquement scannés sous toutes les coutures, des profils psychologiques serrés sont dressés, tous ceux qui ont passé des entretiens dans diverses banques vous affirmeront que les entretiens les plus lugubres sont ceux de la SG. On a presque l'impression parfois d'être un cobaye disséqué par des hommes en blouse blanche... On a peine à croire qu'ils aient laissé passer un tel profil. Sauf bien sûr dans l'hypothèse vraisembable que ce type soit un fils à papa qui avait déjà ses entrées dans cette banque. Ce qui explique qu'il ait pu avoir une place de trader, malgré la chèreté de ces places, y compris pour les pistonnés...


Ce luxe de détails censés crédibiliser la thèse du trader solitaire et fou auprès du grand public, décrédibilise en fait cette thèse aux yeux de ceux qui connaissent un peu les marchés.


La crise des subprimes, cause probable de tout ce bobard


Il est dans le domaine publique depuis cet été que les marchés sont traversés par une des plus graves crises immobilières aux USA, qui s'est propagé dans le monde de la finance à travers le monde. C'est la crise des subprimes. En deux mots: des banques ont prêté de l'argent à taux variable à des américains pauvres pour acheter leur maison dans un marché immobilier en hausse vertigineuse. Ces prêts ont contribué à accélérer la hausse en solvabilisant une demande insolvable, mais ont aussi précipité la chute: avec les hausses inévitables des taux (ces prêts ayant été consentis à des niveaux de taux historiquement bas), des centaines de milliers de propriétaires pauvres ne pouvaient plus payer leur crédit. Saisie de leur bien immobilier, et mise en vente aux enchères. Le problème: quand 1 million de maisons sont brutalement saisies et mises quasiment toutes en même temps aux enchères, les prix de l'immobilier s'effondre. Le mouvement de panique s'est propagé aux marchés financiers, car les sociétés de crédit qui ont prêté de l'argent à des citoyens insolvables, se sont empressés de se débarasser de leurs dettes en les revendant sous forme de titres sur les marchés. Avec la complaisance des sociétés de notation américaine qui évaluait ces titres comme extrèmement sûrs, alors qu'ils ne valaient rien, les banques du monde entier en ont acheté, car tant que l'immobilier montait, ces titres prenaient de la valeur, et c'était un moyen commode de doper ses résultats rapidement.


Des tas de banques obsédées par le court terme ont donc massivement investit dans ces titres, en s'exposant inconsidéremment à un risque qui n'avait pas été évalué.


Ces titres aujourd'hui ne cessent de s'effondrer et entrainent les banques dans la tourmente.


Or tout le monde sait en France que les résultats exceptionnels dégagés par la SG ces dernières années étaient liés à ces titres: la SG était la banque française la plus exposée au risque...


Le traquenard


Etudions maintenant le scénario vraisemblable expliquant les pertes gigantesques de la SG.


Vendredi soir, fermeture des marchés américains, et mauvaises nouvelles pleuvant sur les marchés, notamment le plan Bush qui a déçu les financiers. Les nouvelles tombent à un moment opportun: le lundi suivant les bourses américaines sont fermées...

Résultat, la panique aura essentiellement lieue sur les marchés asiatiques et européens, notamment le lundi matin pour l'Europe.


Les institutionnels de tout bords liquident massivement des positions ce qui se traduit par un krach.


Opportunément, et comme par hasard, c'est durant ce week end que la SG s'était rendu compte des magouilles de leur trader. Ils décident donc de liquider sans attendre les positions. Comme par hasard cela se déroule dans un marché dont il était facile de prévoir la volatilité vu le début de panique durant le week end sur les bourses asiatiques. Les opérations de la SG passent donc inaperçues dans le flot de liquidation de titres de ce début de semaine. Ce qui évite de créer spécifiquement un effet de panique sur le titre SG. D'un autre côté, le krach a fait baisser le CAC, donc la liquidation des positions du trader se traduit par une grosse perte.


Ce scénario est invraisemblable!


Tout d'abord, quel heureux hasard que la SG découvre le pot aux roses juste à la veille d'un krach prévisible, moment idéal pour passer des ordres massifs sans se faire remarquer.


On peut supposer que la SG était au courant depuis bien avant.


Ensuite la décision soit disant prise le dimanche par la SG de liquider sans attendre le portefeuille est de la folie pure! Car s'il n'y avait pas eu le krach, des mouvements d'une telle ampleur sur le titre SG aurait créée une panique qui aurait totalement destabilisé le cours de l'action. Nonobstant le krach du lundi qui a permis de camoufler les opérations, la réaction logique de la SG aurait été de liquider leurs positions de manière progressive pour ne pas attirer l'attention, et essayer de limiter les pertes, voir dégager du profit.


Soit le hasard fait extrèmement bien les choses, soit l'explication est ailleurs.


Je pense que l'explication est ailleurs. Vraisemblablement ce trader devait avoir des positions un peu périlleuses. Mais je ne crois pas qu'il ait pu mettre en péril la banque, ni jouer au dessus de ses moyens, surtout qu'il était sur un marché réputé simple. On aurait pu comprendre s'il était sur un marché hyper risqué et hyper spéculatif, et hyper volatil! Mais dans l'hypothèse d'un bobard inventé par la SG, camoufler d'aussi grosses pertes dans des opérations super risquées auraient été moins facile dans le contexte du krach, que de les camoufler sur des milliers d'opérations plus classiques. Cela passe mieux de lisser les pertes sur des milliers d'opérations foireuses que sur quelques grosses opérations risquées, surtout dans un contexte de krach où les titres s'échangent massivement. C'est plus discret. On se fond dans la masse des ordres en quelque sorte.


En fait, la SG s'est certainement servi de ce prétexte, et surtout du krach prévisible de lundi, pour se débarasser de tout un tas de valeurs merdiques.


Plutôt que de passer pour des incompétents ayant investis inconsidéremment dans des valeurs pourries, ils ont préféré inventer cette histoire et passer pour des victimes.


Ce qui fait qu'ils n'annoncent que 2 milliards d'euros de pertes liées aux subprimes, le reste étant dût à la soit disante plus énorme fraude de l'histoire bancaire.


Quid du trader en question? Soit il est complice et va accepter de purger une peine de prison ferme au quartier VIP, avec chambre privée, télé, accès internet et tout le toutim. Avec les remises de peine il est sorti au bout d'un an avec un énorme chèque qui l'attend dans un paradis fiscal.


Soit il est lui-même victime d'une machination: son incompétence ayant été détectée par la direction, ce serait celle-ci même qui aurait falsifié les systèmes informatiques et les systèmes de contrôle pour lui faire porter le chapeau. Ce pauvre bougre ne comprenant peut être rien à l'affaire peut même très bien croire qu'il est coupable! La falsification des systèmes informatique et de contrôle est plus probable de la part de ceux qui en ont la charge que de la part d'un ex du contrôle de gestion dont on aurait pas désactivé les mots de passe.


En fait le risque si ce trader n'est qu'un lampiste qui prend pour les autres, c'est qu'il ait été déjà lui-même liquidé: cela expliquerait sa disparition à l'heure où j'écris ce texte.


5 milliards d'euros, il y a de quoi flinguer plus d'un homme.


Dans ce cas on ne le retrouvera jamais. Je n'espère pas pour lui.


Des précédents dans ce genre de magouille pour sauver la face


La SG a inventé toute cette histoire pour sauver la face sur les marchés, et expliquer ses énormes pertes, notamment à la veille d'une augmentation de capital. Il s'agit de ne pas faire paniquer les investisseurs et que le titre ne plonge pas trop. Il n'a d'ailleurs pas trop morflé.


Pour tirer au clair cette affaire, il va falloir que l'autorité des marchés analyse très scrupuleusement les opérations sur le titre SG ces dernières semaines. Je suis quasi persuadé qu'il y a eu délit d'initiés et que comme par hasard des dirigeants de cette banque ont joué leurs stocks options avant que tout ça n'éclate.


Malheureusement, même si c'est le cas je ne me fais pas d'illusion: je pense qu'à ce niveau de magouille, tout le monde est complice et fermera les yeux. Y compris donc l'état et même le chef d'état: il se murmure que celui ci dispose de 2 millions d'euros gérés par la SG...


Il ne faut pas oublier non plus que Calyon avait déjà fait le coup du trader fou au mois d'août: un autre trader fou court circuitant tous les systèmes de contrôle aurait cramé près d'un milliard d'euros...


Cette excuse à bon dos!


Tout ce que je peux espérer, c'est qu'au moins cette affaire précipite la fin de ce métier réservé à des fils à papa, et que tous soient remplacés par des systèmes informatiques. 99% des tâches de traders sont automatisables par des systèmes informatiques, les traders eux-mêmes le reconnaissent d'ailleurs. On pourrait réduire d'un facteur 100 le nombre de fils à papa qui se gavent de coke et de putes en salles de marché. Ce serait de salubrité publique! Encore qu'ils trouveraient à se recaser ailleurs!


Quand on pense qu'il y a des tas de métiers de smicards qui sont remplacés à cause de l'automatisation, notamment dans les banques où toutes les petites mains sont mise à la retraite d'office (aujourd'hui la plupart des documents sont scannés et on utilise la reconnaissance de caractères, ce qui fait que rien que l'opération d'endossement des chèques qui employait hier des milliers de salariés, est pratiquement complètement automatisée aujourd'hui, et ce n'est qu'une tâche parmi d'autres)... On ne peut que trouver injuste le traitement réservé à des gamins, qui à peine sortis d'école se prennent pour les rois du monde, gagnent 20 à 40 fois le SMIC, sans être productifs, et en foutant régulièrement dans la merde l'argent du contribuable qui sert à éponger leurs pertes.


Par ailleurs il ne faut pas oublier que la SG et son PDG Daniel Bouton, avaient été initialement poursuivi dans le cadre de l'affaire du Sentier. Des milliards de francs avaient été détournés vers Israel via des opérations de cavalerie. Seule une partie de l'affaire avait été jugée, et les montants étaient déjà énormes. Mais la justice française dans sa mansuétude avait décidé de juger les petits commerçants du sentier à part, et les grosses banques d'un autre côté.


Bien entendu après que les commerçants malhonnêtes aient été condamnéss, le volet bancaire de l'affaire avait été retiré au juge d'instruction qui avait découvert l'affaire, puis les poursuites ont été enterrées. Alors que tout montrait que cette arnaque n'avait pas pu avoir lieue sans l'implication des banques françaises et israéliennes...


On peut donc se méfier à juste titre de cette histoire abracabrantesque de trader médiocre, instable et fragile qui est tout de même assez brillant pour déjouer tous les systèmes et tous les contrôles et créer la plus gigantesque perte de l'histoire de la Bourse...

3 commentaires:

A2N a dit…

Cismi, Bonjour !

Amen! J'espère que les bonimenteurs s'étrangleront en lisant ton analyse technique du mensonge d'Etat qu'ils ont servi au petit'déj aux Français. J'ai bien apprécié la déclaration de Dominique de villepin, qui invite subliminalement le peuple à ne pas écouter la PROPAGANDE vaporisée par les MASS MEDIA. Bravo pour ton décryptage et merci pour ton compliment.
J'ai bon espoir que 2008 soit vraiment REVOLUTIONNAIRE, ça suffit avec les MANIPULATIONS !

A2N

Cismigiu a dit…

Salut A2N!

Personne n'est dupe parmi les pros de la finance, et les journaux financiers et même les chaines financières du câble n'accordent aucun crédit à cette histoire pleine de contradiction.

Le PDG de la BDF assure que ça ne peut pas être lié aux subprime car le système de contrôle informatique de la SG sur les subprimes serait le meilleur au monde...

N'importe quoi alors que dans le même temps ils nous annoncent que le trader a piraté 5 systèmes de contrôles...

Par ailleurs, même si le trader avait piraté les outils internes de la SG, il faut qu'on m'explique comment un trader peut prendre des positions de 50 milliards d'euros sur le marché, sans que les autres contreparties ne s'en rendent compte, ni l'AMF.

Et tout se goupille au poil juste avant l'annonce des résultats et d'une augmentation de capital.

N'importe quoi!

Certains prétendent que le krach de lundi a été considérablement amplifié par la SG qui liquidait pour 50 milliards d'euros d'actifs...

The insider a dit…

Bravo pour ce message. Pour ceux qui ont envie voir:
http://socgenaffair.blogspot.com