Comment utiliser ce blog?

Cliquez à droite sur le thème qui vous intéresse (enrichis au fur et à mesure, mais qui abordera notamment les thèmes de la guerre, la manipulation des masses, les religions, l'économie mondiale, la politique, l'actualité etc.).
Sinon, vous pouvez aussi lire chronologiquement les messages de ce blog.
Vous êtes autorisés à recopier les articles de ce site à condition de le faire en intégralité, de nommer l'auteur, et de mettre un lien vers ce blog.

Bienvenue sur le site de Cismigiu

mercredi 28 novembre 2007

Afrique, Antilles, Dieudonné: mise au point de Claude Ribbe

Je ne sais pas si en parlant "d'agités" il inclut mon blog étant donné qu'il y a quelques jours j'exprimais mon regret sur le fait qu'un type que je trouve intelligent comme Ribbe n'ait pas été assez présent aux côtés de Dieudonné. Je lui faisais par ailleurs le reproche de ses positions ambigues sur les Africains.

Dans un édito il s'explique clairement et concisement: il emploie le mot, enfin, de "campagne anti-Dieudonné". Bravo d'avoir employé le mot!

Il explicite ses positions vis à vis des africains: ce qu'il rejette ce sont les collabos du genre Pap N'dyaye, ainsi que les barbouzards françafricains. Nous les rejetons aussi!

Par ailleurs il exprime ses liens sincères avec les vrais leaders africains, au premier rang desquels Thabo Mbecki! ça tombe bien, je considère Thabo Mbecki, Desmond Tutu ou Mandela comme l'honneur de l'Afrique et du tiers-monde en général, les rares hommes politiques d'envergure mondiale qui ose dénoncer clairement le racisme d'Etat de certains pays (est ce une surprise s'ils sont interdits de séjour dans certains pays pour cause d'antisémitisation?).

Bravo monsieur Ribbe, et bravo aussi pour vos derniers éditoriaux, forts pugnaces, qui brise la langue de bois politique habituelle!

Je crois que c'est ce qu'attendent vos électeurs potentiels, et c'est courageux, surtout si vous vous présentez sans étiquette, donc sans la protection d'un parti et de son réseau.

Croyez bien que tant que vous continuerez à dire la vérité avec véhémence, nous serons nombreux parmi la base et les anonymes à vous soutenir, et à relayer vos appels. Nous n'avons peut être pas l'entregent dont dispose les politiciens, mais à une époque où la base se méfie de plus en plus de ses soit disants représentants politiques (cela apparait clairement dans les conflits internes entre syndicalistes et grèvistes à la fois chez les étudiants et les fonctionnaires) je crois qu'il est temps pour une génération d'hommes courageux, de briser la main-mise des partis sur la parole publique, et de s'adresser directement à vos électeurs, ce que vous faites sur votre blog, ce que nous faisons sur le nôtre.

Appel pour la formation d’un Conseil représentatif des Antillais et Africains de France
On me demande souvent pourquoi je dénonce le Cran. C’est très simple : le Cran a été formé dans l’urgence et en catimini par un quarteron de petits arrivistes d’origine africaine qui ont cru pourvoir manipuler, dans la foulée de la crise des banlieues et de la campagne anti-Dieudonné, les Antillais et les Africains de France. Avec une incroyable naïveté, ils pensaient se poser en interlocuteurs uniques face à un gouvernement déboussolé par la crise, empêtré dans des préjugés racistes et incapable de gérer la loi Taubira. Avec le soutien de quelques journalistes incultes et d’un cabinet de communication bien connu sur la place de Paris, l’affaire a marché quelques temps. Mais le gouvernement a vite compris qu’il se tirait une balle dans le pied en faisant le jeu de l’extrême-droite. En effet, en se servant du préjugé racial et du communautarisme comme d’un slogan, la propagande faite autour du Cran a fait progresser Jean-Marie Le Pen de plusieurs points. Le Cran a finalement explosé lorsque l’exploitation honteuse et rémunératrice que Patrick Lozès entendait faire de la mémoire de l’esclavage a été révélée. Comment a-t-on imaginé que le Cran puisse prospérer alors qu’il a été imaginé par un Pap Ndiaye, larbin de Pétré-Grenouilleau, l’historien ignorant et menteur qui accuse les Africains d’être responsables de l’esclavage, alors qu’il a été tenu sur les fonts baptismaux par un Pocrain qui a frayé avec les illuminés racistes de la tribu Ka, par un Lozès fils de ministre béninois prosterné devant le pouvoir ?

Quelques agités m’accusent de m’en prendre aux Africains. Je ne m’en suis jamais pris qu’aux Africains racistes et communautaristes, aux demi-solde de la Françafrique, aux lèche-bottes, aux béni-oui-oui, aux défenseurs de Napoléon et de l’idéologie révisionniste.

Les vrais Africains - et ils n’étaient pas nombreux - étaient à mes côtés à Port-au-Prince le 1er janvier 2004 pour célébrer le bicentenaire d’Haïti. Non, nous n’étions pas nombreux, mais parmi nous, il y avait Thabo Mbeki, l’homme qui protège mon ami Jean-Bertrand Aristide au nom des 53 pays de l’Union africaine. Je n’ai donc pas de leçons à recevoir des petits auxiliaires coloniaux à la solde de l’énarchie franchouillarde Béké-Banania.

Puisque le Cran est mort, je propose donc aujourd’hui à tous les Français antiracistes originaires des Antilles ou d’Afrique de se rassembler non pas en fonction du critère absurde et ségrégationniste de la couleur de peau mais en fonction de leurs origines et de leurs problèmes spécifiques en formant, dans un esprit de transparence et de respect des autres, un Conseil représentatif des Antillais et Africains de France.

Claude Ribbe


Source: http://www.claude-ribbe.com/%E9dito.htm

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Mandela a vendu son pays aux FMI

Denver